La relocalisation

La relocalisation - Léonard Paprika

Me voilà dans une nouvelle ville. Je cherchais justement un nouvel endroit où vivre, et je crois avoir trouvé la bonne place. J’adore Montréal, et j’aime bien l’idée de m’installer ici. Ce sera parfait pour les affaires de la compagnie où je travaille aussi. La clientèle est très diversifiée ici, et c’est exactement ce que la compagnie ontarienne a besoin pour croître adéquatement.

Je me mets à la recherche d’une compagnie d’impression grand format Montréal, car ça ne sert à rien de continuer à utiliser celle de Toronto, c’est trop loin. Je dois aussi trouver une firme de marketing, car on va devoir adapter les publicités présentées aux canaux d’ici au marché québécois. Je ne pense pas qu’on doit faire de gros changements par rapport aux publicités anglaises, mais les acteurs doivent au moins être des Québécois. Et s’il y a de l’humour, on devra trouver quelque chose qui fera rire les gens de la belle province.

Alors, il n’y a pas que moi, évidemment, pour faire le grand saut dans une nouvelle ville. Certains de mes collègues m’aideront le temps de trouver des employés qualifiés pour les différents départements. Ensuite, ils retourneront à Toronto, tel que prévu et moi, je resterai ici pour m’assurer que tout va bien pour environ un an et demi. Par la suite, ce sera à mon tour de retourner d’où je viens. Malgré que cela fera deux déménagements dans un court laps de temps, j’anticipe avec joie cette nouvelle aventure. Ma famille vient vivre ici avec moi et les enfants iront à l’école d’immersion française. Ce sera bon pour eux d’apprendre une nouvelle langue et de vivre une nouvelle culture. J’espère qu’ils réussiront à devenir bilingues.

C’est sûr que je vais m’ennuyer de mon petit chez moi à Toronto. On va garder notre maison là-bas ; au lieu de vendre pour acheter de nouveau en revenant, on va louer la maison pour le temps que nous serons partis. Nous avons trouvé un jeune couple qui est, justement prêt pour leur première maison, mais ils n’ont pas encore trouvé celle qui leur plaît le plus. Donc, ils veulent prendre leur temps en habitant chez nous pour un lapse de temps et, par la suite, déménager dans celle qui sera vraiment la leur. Je crois qu’ils font bien de cette façon pour se partir dans la vie.

Souhaitez-moi bonne chance pour l’aménagement de notre bureau dans la ville du Canada qui ne dort pas !