Une sœur originale

Une sœur originale - Léonard Paprika

Pendant mon enfance, j’avais été dans l’obligation d’aller plusieurs fois à l’hôpital, pour accompagner mes parents et ma sœur, qui était souvent blessée. Elle avait une sorte de talent pour se faire du mal incessamment. Il ne se passait pas une semaine, sans qu’il ne faille lui poser des bandages, ou lui mettre un sparadrap. Je pense même que mes parents avaient dû avoir un budget spécial pour les rouleaux de bandes et de gazes. La plupart des familles possèdent des filles qui pensent à jouer aux Barbie. Dans la nôtre, c’était une sorte de kick ass en puissance, mais en version fille.

Le jour où elle nous annonça qu’elle avait trouvé un emploi infirmiere, nous avons eu tous très peur pour les patients. Mon père lui suggéra de trouver assez vite une très bonne assurance, avant de commencer à pratiquer. Ma mère, de son côté, lui suggéra de ne pas s’occuper des enfants, ou des personnes trop âgées. Moi, je lui conseillais de ne rien toucher, et surtout, de ne pas s’amuser à faire d’injections. Elle claqua la porte, frustrée par nos propos. Nous ne la revîmes plus pendant plusieurs mois.

Nous étions allés avec mes parents lui rendre visite dans l’hôpital où elle travaillait. Nous fûmes très surpris de la voir très élégante dans son uniforme d’infirmière. Elle nous emmena dans la cafétéria pour discuter. Nous étions presque gênés, tellement elle paraissait changée. Nous apprenions qu’elle ne vivait plus seule, et qu’elle avait attendu que l’on vienne la voir pour décider de faire les présentations. Elle travaillait depuis peu, de jour. Elle avait fait beaucoup de nuits au niveau des urgences, et avait beaucoup appris pendant cette période. Maintenant, elle voulait certainement reprendre ces études pour se spécialiser.

Nous la recevions quelques jours plus tard, avec son nouveau copain. Ils paraissaient aller très bien ensemble. Mon père sortit une bonne bouteille de vin, pour marquer l’événement. Son futur époux était pilote d’avion, et avait été blessé, il y a peu de temps. Mon infirmière de sœur se serait très bien occupée de lui lors de son séjour à l’hôpital. Ce n’était pas que ce qu’il disait n’était pas intéressant, mais, en l’espace de 10 minutes, il avait presque brisé le verre ballon de vin, et avait déjà fait tomber deux fois le cendrier. C’est sûr, ils allaient vraiment très bien ensemble. En regardant le visage souriant de mes parents, je ne pouvais ne pas remarquer une sorte de crainte d’un mauvais sort qui prend plaisir à se perpétuer. Je les voyais déjà annuler tous leur voyage en avion à venir. Chat échaudé…